Archives de l’auteur : Philippe Di Giovani

Nouveautés Mailstore 9.6

Mailstore 9.6

Améliorations

· MailStore client peut maintenant être épinglé à la barre des tâches sous Windows 7 et +

· La Configuration du service MailStore Server limite maintenant le type de fichier dans la boîte de dialogue du certificat d’importation à «Échange d’informations personnelles (* .pfx, * .p12) », qui est le seul pris en charge.

· Les stratégies de groupe prennent désormais en charge divers formats thumbprint de certificats SSL (mise à jour des modèles de GPO et lanceur de client requis).

· La lecture seule des dossiers IMAP sont maintenant reconnus et quand MailStore est configuré pour supprimer des e-mails à partir de ces dossiers, un message d’erreur approprié est indiqué dans le résumé et les statistiques sont calculées correctement.

· MailStore Proxy prend désormais en charge le transfert des Delivery Status Notification (DSN) information.

· Le Fichier robots.txt à la racine (web root) empêche la recherche des moteurs à partir d’interfaces indexation Web tels que MailStore Web Access, SPE Management Console, ou autres.

· Mise à jour de JQuery et JQuery Mobile.

· des messages d’erreur pour les délais d’attente qui se produisent en raison des longues tâches de maintenance en cours tels que « Maintenir Tous les fichiers FDB ».

· Les mots de passe ne sont plus écrits dans les journaux de débogage de connexions IMAP.

· Les dossiers EWS ID des dossiers sans un nom d’affichage pris en charge sont enregistrés pour aider plus facilement à l’identification de ces dossiers avec d’autres outils tiers.

· Nouveau Server afin de gérer les méthodes API « GetServiceConfiguration » pour récupérer les paramètres de configuration de base gérés par l’outil de configuration de service.

· SPE (service Provider Edition): du journal de débogage de connexion IMAP.

· SPE: Suppression de l’option « Authentification Windows » quand celle ci n’est pas supportée lors de la connexion à partir du client Mailstore.

· SPE: site web par défaut pour les accès clients au lieu de la page d’erreur 404 lorsque vous accedez à une URL sans ID

Corrections de bugs

· Les En-têtes de courriel sont maintenant imprimés lors de l’impression d’un e-mail avec MailStore Web Access et MailStore Client.

·  Le nom de l’ordinateur et de l’agent utilisateur seront maintenant affichés correctement dans « Sessions actives » lorsque qu’on accéde à l’archive via MailStore Add-in Outlook.

· Une requete simultanée ldap_bind peut provoquer un arrêt de service de Mailstore ou de l’instance SPE

· Autres corrections de bugs mineurs.

Comment activer sa licence KES10 via Kaspersky Security Center

  1. Ouvrez la Console d’administration et sélectionnez Administration des applications | Licences pour les logiciels de Kaspersky Lab. Dans la partie droite de la fenêtre cliquez sur le lien Ajouter une clé.

kes10_5

2. Sélectionnez une des options d’activation :

  • Saisir le code d’activation : saisissez le code d’activation à l’étape suivante.

ou

  • Indiquer le fichier clé ( *.key) : spécifiez le chemin d’accès au fichier clé à l’étape suivante.

kes10_6

3. cochez la case Diffuser automatiquement la clé sur les ordinateurs administrés.

kes10_7

4. Vérifiez que l’ajout de la clé a réussi et cliquez sur Terminer pour quitter l’assistant.

kes10_8

Comment activer sa licence KES10 localement ?

  1. Ouvrez Kaspersky Endpoint Security 10 for Windows.
  2. Dans la partie inférieure de la fenêtre principale cliquez sur le lien La clé est absente.

kes10_1

3.  Dans la fenêtre Licence cliquez sur le lien Activer l’application avec une nouvelle licence.

kes10_2

4. Sélectionnez une des options d’activation :

  • Activer à l’aide du code d’activation : saisissez le code d’activation dans le champ correspondant.

ou

  • Activer à l’aide d’un fichier de licence (*.key) : spécifiez le chemin d’accès au fichier de licence à l’étape suivante.

kes10_3

5.Une fois l’activation réussie, cliquez sur Terminer.

kes10_4

Réinitialisation des compteurs de quotas utilisateurs

Si vos quotas ne sont pas à jour vous pouvez créer un fichier sémaphore (CLEARQUOTACOUNTS.SEM) pour nettoyer les quotas utilisateurs afin qu’ils soient à jour.

Les résultats des vérifications des quotas des utilisateurs sont conservés dans le fichier quotacounts.dat.
Si vous souhaitez nettoyer ce cache pour un utilisateur, saisissez son adresse dans ce fichier SEM et placez-le dans le répertoire \app\.
Si une ligne de ce fichier contient uniquement le caractère « * » le cache est nettoyé pour tous les comptes.

Utilisation du mode de protection Shadow Copy

Le mode de protection Shadow Copy (SPM) est une solution pour les tâches de sauvegarde qui perdent leur historique. Ce problème peut survenir sur les sauvegardes effectuées vers des destinations peu performantes (iSCSI / NAS avec conteneur de données). Suite à un échec d’écriture d’une tâche de sauvegarde, SPM permet de faire une nouvelle tentative sans supprimer les anciennes sauvegardes. Sans SPM, l’échec d’une entrée d’écriture peut occasionner la suppression de tout l’historique de sauvegarde par VSS. Si la nouvelle tentative ne fonctionne pas, la tâche de sauvegarde s’arrête et signale qu’un échec est survenu. L’historique de sauvegarde n’est pas perdu.

Le mode de protection Shadow Copy doit uniquement être utilisé si vous constatez des pertes de l’historique de sauvegarde. Si vous n’en êtes pas certain, tentez d’effectuer un test de restauration à partir de la plus ancienne de vos sauvegardes disponibles.

La sélection Go permet de réserver de l’espace, que la protection Shadow Copy utilise à des fins de gestion du stockage.
La barre de pourcentage d’espace de stockage vous permet d’indiquer la quantité d’espace à réserver pour les sauvegardes historiques. A mesure de l’augmentation de taille de la sauvegarde complète, les sauvegardes historiques sont supprimées pour faire de la place. Vous pouvez toutefois spécifier un pourcentage d’espace protégé au sein duquel les sauvegardes historiques ne peuvent pas être supprimées. Il s’agit des sauvegardes historiques les plus récentes et la tâche de sauvegarde indique qu’il n’y a plus d’espace libre sur la destination au lieu de les écraser.
La sauvegarde complète peut utiliser cet espace, à condition qu’il ne soit pas utilisé par les sauvegardes historiques. Par exemple, si 12,5 % sont réservés sur un lecteur de 1 To, cela signifie que 125 Go sont réservés pour les sauvegardes historiques. Si les sauvegardes historiques utilisent uniquement 100 Go, la sauvegarde complète peut alors utiliser 25 Go de cet espace réservé.

BackupAssist gère l’espace de la destination de sauvegarde pour les sauvegardes de protection du système.

Si vous utilisez le mode Shadow Protect, vous pouvez définir le pourcentage de l’espace de stockage protégé pour l’historique de sauvegarde.
Si vous n’utilisez pas le mode Shadow Protect, le pourcentage d’espace de stockage protégé n’est pas géré par SPM et la barre est alors réglée sur la valeur par défaut de BackupAssist, soit 12,5 %.

Comment synchroniser des comptes MDaemon à partir du fichier userlist.dat quand Mdaemon n’est pas installé sur le même serveur que Mailstore?

Quand Mdaemon n’est pas installé sur le même serveur que Mailstore, vous devez indiquer dans chemin APP Mdaemon ( ex: \\192.168.0.1\App) où 192.168.0.1 est l’adresse Ip du serveur Mdaemon

Ensuite il faut partager le répertoire MDaemon\APP pour qu’il soit visible du serveur où se trouve Mailstore

Et enfin il faut lancer l’application « Configuration du service mailstore » et dans script de démarrage, indiquer ex : net use \\192.168.0.1 /user:nom_machine_mdaemon\administrateur administrateur

Fichier nk2 et Outlook 2010

La saisie automatique des mails est une fonctionnalité propre à Outlook ( 2003 et 2007) via un fichier *.nk2 : http://office.microsoft.com/fr-fr/outlook-help/utiliser-la-fonction-de-saisie-semi-automatique-des-noms-HA010097887.aspx

Ce fichier *.nk2 n’existe plus dans Outlook 2010, cependant il existe une procedure pour importer ce fichier dans Outlook 2010 : http://support.microsoft.com/kb/980542/fr

Actuellement dans Outlook 2010, si vous créez un nouveau contact dans votre contact personnel, vous devriez le voir lorsque vous tapez la premiere lettre…
L’autre solution alternative est de saisir la ou les premieres lettres puis de cliquer sur « noms » « verifier les noms » et la vous pourrez choisir votre adresse dans votre ou vos carnets d’adresses.